FLORENCE AYISSI, CINEASTE DE CAUSE A EFFET

Ses films soulignent son souci des représentations de l’Afrique dans les médias...
0
250

C’est une femme de loi et de principe foncièrement assise. Florence Ayissi a une tête remplie et bien faite, logée dans un corps de mannequin. Enseignante du 7e art,  elle  est avant tout une cinéaste par action. Celle pour qui les biens matériels et intellectuels n’ont plus aucun secret, est avant tout une dame de chœur qui milite toujours pour la cause des personnes les  plus défavorisées de la société.

Née en 1962 à Kumba au Cameroun, elle est connue principalement pour son film «Sisters in Law », coréalisé avec la  réalisatrice et documentariste britannique Kim Longinotto. Son film documentaire de fiction Camerounais «Sisters in Law », a été primé au festival de Cannes en 2005.  Dans cette production, elle fait preuve d’un courage sans faille et cherche à braver parfois les interdits traditionnels de la justice camerounaise  pour conquérir les nouveaux droits de la femme et de l’enfant dans la société.

Cette réalisatrice est aussi une enseignante (senior lecturer) en théories et pratiques du cinéma. Produit de la Faculté de Lettres Modernes et de Sciences Sociales de l’Université de Yaoundé, au Cameroun, elle a poursuivi ses études au Royaume Uni, plus spécifiquement en journalisme, en production théâtrale et cinématographique, à l’Université de Hull, et à Northern School of Film and Television (NSFTV), de l’Université de Leeds, jusqu’en 1992  .

Ses films soulignent son souci des représentations de l’Afrique dans les médias et son intérêt pour les cinémas africains ainsi que la parole des femmes. Elle a fondé également en 2005 une société de production, Iris Films. Installée en Angleterre depuis 2014,  sa filmographie affiche des  films tel que  « Zanzibar Soccer Dreams » (avec Catalin Brylla, 2016, 64 min), « Transforming Lives: PNDP and Rural Development in Cameroon » (2014, 35 min), « Handing Down Time – Cameroon » (2012, 55 min), « Cameroonian Women in Motion » (2012, 10 min), « Art of this Place: Women Artists in Cameroon » (2011, 40 min), « Zanzibar Soccer Queens » (2007/2008, 87 et 52 min) etc.

Cyrille Ella

Laissez un commentaire