WANJIRU KINYANJUI, UNE PIONNIÈRE DU CINÉMA KÉNYAN

Wanjiru Kinyanjui est une artiste polyvalente, qui allie poésie, cinéma et internet. Elle est...
0
302

Wanjiru Kinyanjui est née en 1958 au Kenya. Elle se passionne très tôt pour la culture et les arts. Elle commence à écrire des poèmes à l’âge de 14 ans, pour exprimer ses sentiments et ses préoccupations sur les maux qui minent son pays. Elle se définit comme une militante des causes humanitaires qui cherche à réconforter et à sensibiliser ses pairs par ses mots.

Mais elle se rend compte que ses poèmes ne trouvent pas l’audience escomptée. Elle décide alors de se tourner vers le cinéma, un média plus populaire et plus accessible. Elle quitte le Kenya pour poursuivre ses études au Canada et en Allemagne. Elle obtient une maîtrise en littérature anglaise et allemande, puis elle intègre la prestigieuse école de cinéma DFFB (Deutsche Film und Fernsehakademie Berlin).

Wanjiru Kinyanjui réalise son premier film en 1987, intitulé « …If Joined by a Stranger », qui traite du racisme et de la solitude dans la société allemande. Elle poursuit sa carrière avec des films qui abordent des thèmes variés, comme l’identité, la tradition, la modernité, le genre, la pauvreté ou les droits de l’enfant. Ses films sont inspirés par le monde qui l’entoure, par les conversations quotidiennes, par les contes populaires ou par les problèmes sociaux.

Son film le plus connu est « Battle of the Sacred Tree », sorti en 1994, qui raconte l’histoire d’une femme prise entre les valeurs traditionnelles kikuyu et les pratiques modernes. Le film a été financé, produit et distribué par des sociétés allemandes et françaises. Il a été sélectionné dans plusieurs festivals nationaux et internationaux, et il a fait partie du programme spécial du Forum de la Berlinale en 2023.

Wanjiru Kinyanjui est une artiste polyvalente, qui allie poésie, cinéma et internet. Elle est animée par une volonté de partager sa vision du monde, de dénoncer les injustices et de faire réfléchir son public. Elle est considérée comme l’une des pionnières du cinéma kényan.

Christelle Noah

Laissez un commentaire