JOËL AKAFOU : L’INCONTOURNABLE DU CINÉMA DOCUMENTAIRE AFRICAIN

0
385

Joël Akafou est un réalisateur ivoirien qui a fait sensation dans le monde du cinéma documentaire. Ses films abordent les réalités sociales et politiques de son pays et du continent africain, avec un regard critique et empathique. Il explore les thèmes de la jeunesse, de la précarité, de l’immigration, et de la quête d’identité.

Joël Akafou est né le 20 novembre 1986 à Bouaké, en Côte d’Ivoire. Il est diplômé d’un master 2 professionnel en réalisation cinéma à l’ISIS (Institut Supérieur de l’Image et du Son Ouagadougou), au Burkina Faso.

Il a réalisé plusieurs courts métrages documentaires et fictionnels dans le cadre de ses études, dont le dernier, « Nourah », a été sélectionné dans plusieurs festivals en Afrique, comme l’African Movie Academy Awards (AMAA) au Nigéria, le FESTICAB au Burundi, ou le FESTILAG à Abidjan .

Son premier film documentaire professionnel, « Vivre Riche », sorti en 2017, raconte l’histoire de jeunes ivoiriens qui pratiquent la « broute », une forme d’escroquerie en ligne. Le film a remporté plusieurs prix prestigieux, comme le Sesterce d’Or Georges du Meilleur Moyen-Métrage de la compétition internationale du Festival Visions du Réel de Nyon, en Suisse, le Prix Corsicadoc – Via Stella, ou l’Étoile de la Scam.

Le film se distingue par son style cinématographique sobre et efficace, qui privilégie les plans-séquence et les témoignages directs. Il offre une plongée dans le quotidien de ces jeunes qui vivent dans le luxe et la démesure, mais aussi dans la peur et la culpabilité. Il interroge les causes et les conséquences de ce phénomène social, qui reflète les inégalités économiques et les rêves brisés d’une génération.

Son premier long-métrage documentaire, « Traverser », sorti en 2020, suit le parcours de son cousin Blaise, qui tente de rejoindre l’Europe par la route. Le film a été sélectionné à la 70ème édition de la Berlinale, dans la section Forum, et a reçu le Grand Prix Janine Bazin du Festival Entrevues de Belfort, l’Open City Award du Open City Documentary Festival de Londres, et le Prix Paul Robeson du Fespaco, à Ouagadougou.

Le film est un récit intime et poignant, qui montre les difficultés et les dangers auxquels sont confrontés les migrants africains. Il met en lumière les raisons qui poussent ces hommes et ces femmes à quitter leur pays, mais aussi les espoirs et les illusions qu’ils nourrissent. Il questionne également le lien familial entre le réalisateur et son cousin, ainsi que leur rapport à l’Afrique.

Joël Akafou propose un nouveau regard sur l’Afrique contemporaine. Ses films sont des œuvres fortes et sensibles, qui touchent le public par leur authenticité et leur humanité. Il fait partie des nouveaux visages du cinéma documentaire africain, qui méritent d’être découverts et soutenus.

Christelle Noah

Laissez un commentaire