JOËL KAREKEZI, SUR LES TRACES DU GÉNOCIDE RWANDAIS

Il a commencé sa carrière en 2009 avec un court métrage, « Le Pardon », qui aborde le thème de la réconciliation après le génocide...
0
204

Joël Karekezi est né à Gisenyi, au Rwanda, le 12 décembre 1985. Il a perdu son père pendant le génocide de 1994 contre les Tutsis, qui a fait environ 800 000 morts en trois mois. Il a dû se réfugier avec sa sœur et son frère en République démocratique du Congo, où il a retrouvé l’un de ses cousins.

Il a fait des études de biologie-chimie-éducation au Kigali Institute of Education, puis il a obtenu un diplôme en réalisation de films d’une école de cinéma canadienne en ligne, CineCours. Il a également appris l’écriture de scénarios au Maisha Film Lab, une initiative fondée par le réalisateur indien Mira Nair pour former les jeunes cinéastes africains.

Il a commencé sa carrière en 2009 avec un court métrage, « Le Pardon », qui aborde le thème de la réconciliation après le génocide. Ce film a remporté le prix Golden Impala au Amakula International Film Festival en Ouganda et le prix du meilleur court métrage au Silicon Valley African Film Festival en Californie.

En 2011, il a réalisé une version longue du « Pardon », intitulée « Imbabazi : le Pardon ». Ce film raconte l’histoire de deux amis d’enfance qui se retrouvent après avoir été séparés par le génocide. L’un a tué le père de l’autre et cherche à se faire pardonner. Le film a été tourné en Ouganda avec un faible budget et a été présenté dans plusieurs festivals internationaux, dont le Festival international du film de Göteborg, le Festival international du film de Seattle, le Festival international du film de Chicago et le FESPACO.

En 2013, il a travaillé sur son deuxième long métrage, « The Mercy of the Jungle » (La Miséricorde de la jungle), qui a été sélectionné pour la Fabrique des cinémas du monde au Festival de Cannes. Le scénario du film avait remporté le prix CFI du meilleur projet audiovisuel au Durban FilmMart en 2012. Le film suit le parcours de deux soldats rwandais perdus dans la jungle congolaise pendant la deuxième guerre du Congo. Il explore les thèmes de la guerre, de la survie et de l’humanité. Le film a été tourné en République démocratique du Congo et au Rwanda avec des acteurs comme Marc Zinga et Stéphane Bak.

Le film a fait l’ouverture du FESPACO 2019, où il a remporté la principale récompense, l’Étalon d’or. Il est sorti en France le 24 avril 2019 et en Belgique le 8 mai 2019.

Joël Karekezi est un cinéaste qui se dit inspiré par des réalisateurs comme Spike Lee, Quentin Tarantino ou Jean-Pierre Bekolo. Il affirme vouloir faire des films qui parlent de son histoire personnelle, de son pays et de son continent. Il est aussi engagé dans la promotion du cinéma africain et participe à des festivals et à des ateliers pour soutenir les jeunes talents.

Christelle Noah

Laissez un commentaire