JEAN-PIERRE DIKONGUE PIPA, UN MONUMENT POUR LE CINEMA CAMEROUNAIS ET AFRICAIN

0
519
Statue Dikongue

SUITE ET FIN

Même si la filmographie de Dikongue Pipa est assez vaste, il nous dira qu’il n’a que 04 films notoires: « Le prix de la liberté » (1978), « Badiaga » (1987, revient sur l’histoire de la chanteuse Beti Beti) qui signifie en langue yambassa: qu’on ne pénètre pas, « Histoires drôles et drôles de gens » (1983) et enfin, « Mouna Moto » (1975).

Grâce à « Mouna Moto », en 1976 il est primé étalon d’or de Yennega par le FESPACO qui à l’époque, ça s’appelait « semaine du festival africain ». Dès lors, le Burkina a entamé des démarches auprès du gouvernement camerounais, afin que sa statue soit érigée sur la place des cinéastes à Ouagadougou, lieu où trônent toutes les célébrités africaines ayant reçues ce prix. Ce n’est que 43 ans plus tard, que le Cameroun accédera à cette demande. Le monument de Dikongue Pipa sera inauguré à l’occasion des 50 ans d’existence du FESPACO.

Dikongue Pipa a reçu plusieurs autres prix autour de la même année: le grand prix du festival international du film de l’ensemble francophone en Suisse (1975). Une figurine de 36 kgs qui trône dans son salon. Il recevra également le prix Georges-Sadoul en France (1975, Sélection officielle à la Mostra de Venezia – Biennale d’Arte Cinematografica, Italie (1975) et le Tanit d’argent aux journées cinématographiques de Carthage à Tunis (1976).

« J’ai envoyé « Muna Moto » au festival de Cannes et les français m’ont reproché le fait que ce film soit en français (😂). J’ai rétorqué que c’est la langue de communication de chez nous. Ils auraient voulu que ce soit aussi en anglais et peut-être même en langue Douala, j’en sais rien. Après ça, je n’ai plus jamais voulu présenter un de mes films à Cannes et je ne l’ai plus jamais fait« .

Il écrit actuellement l’histoire des duala, tribu camerounaise appartenant au groupe Sawa, qu’il mettra sans doute au cinéma si la vie le lui permet. Aujourd’hui, Jean-Pierre Dikongue Pipa vit à Douala au Cameroun, auprès de ses proches.

Laissez un commentaire