HACHIMIYA AHAMADA MET A NU LES TABOUS DE LA SOCIÉTÉ COMORIENNE

0
360

Connue pour avoir réalisé des courts métrages  et des documentaires  à succès sur la diaspora comorienne, Hachimiya Ahamada est une réalisatrice franco-comorienne, née à Dunkerque en 1976. Elle est diplômée de l’Institut national supérieur des arts du spectacle (INSAS) de Bruxelles en 2004, après avoir suivi une formation en réalisation.

Son premier film, « Feu leur rêve », est un documentaire de 19 minutes qui explore le thème de l’exil et du déracinement à travers le regard de jeunes comoriens vivants en France. Il a été produit par l’INSAS en 2004. Son deuxième film, « Destin tracé », est un docu-fiction de 17 minutes qui aborde la question du mariage arrangé aux Comores. Il a été réalisé en 2003, lors d’un voyage de la réalisatrice dans l’archipel de ses ancêtres. Ce film est  primé au Festival de L’Acharnière en 1996 et au 10 ème rencontre cinématographique de Dunkerque en 1995.

Son film le plus connu est « La Résidence Ylang Ylang », un court métrage de fiction de 20 minutes qui raconte l’histoire d’un jeune homme qui revient aux Comores après avoir grandi en France. Il se confronte à la réalité sociale et politique du pays, ainsi qu’à sa propre identité. Le film a été tourné en 2008 dans les Comores et en langue comorienne. Il a été choisi à la Semaine de la critique du Festival de Cannes en 2008, et a remporté plusieurs prix dans des festivals internationaux, tels que le festival Quintessence à Ouidah, le Festival francophone de Vaulx-en-Velin, le Festival du cinéma d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine de Milan, et le Festival du court métrage de Clermont-Ferrand.

Son dernier film est « L’Ivresse d’une oasis« , un documentaire long-métrage qui suit le parcours de trois femmes comoriennes qui ont quitté leur pays pour vivre en France. Il explore les difficultés et les espoirs de ces femmes qui tentent de concilier leurs origines et leur intégration. Il a été réalisé en 2011 et produit par Aurora Films et Washko Ink.

Hachimiya Ahamada travaille actuellement à son premier projet de long métrage, « Maïssane » ou « le Cantique des astres », qui raconte l’histoire d’une jeune fille comorienne qui rêve de devenir astronaute. Elle a bénéficié d’une résidence d’écriture à la Région Réunion en 2018 pour développer son scénario.

Hachimiya Ahamada est une réalisatrice douée et expérimentée, qui met en lumière la culture et les problématiques des Comores, un pays souvent méconnu ou ignoré. Elle offre un regard sensible et authentique sur la diaspora comorienne, dont elle fait partie. Ses films sont des témoignages forts et poétiques sur l’identité, le métissage, l’exil et le rêve.

Christelle Noah

Laissez un commentaire