CAMEROUN: LES ENFANTS, NOUVEAUX VISAGES DU CINEMA

0
382

Depuis plusieurs années le cinéma camerounais fait son bonhomme de chemin dans un contexte plus ou moins propice à l’évolution du cinéaste. Si les enfants ne sont pas particulièrement nombreux dans le domaine, on en compte quelques-uns qui ont su se démarquer et obtenir des rôles qui vont au-delà de la simple figuration.

Commençons par le petit Elvis Tala Sofo qui joue le rôle de Kouessi dans le film de Noëlle Kenmoe, « 02 avril », sorti en 2019.

Kouessi est un jeune enfant autiste (dans le film et dans la vraie vie) qui peine à trouver une place dans la société au sein de laquelle il est pourtant obligé d’évoluer. Son jeu d’acteur est simple, rester lui, durant la durée du tournage. S’il est vrai que ce film a remporté un certain nombre de prix et est diffusé partout aujourd’hui, il n’en demeure pas moins que les acteurs ont joué un rôle (au sens propre et figuré) prépondérant pour la réussite de cette réalisation; en particulier le petit Kouessi et sa différence, deux entités qui font l’essence même du film.

Avez-vous regardé le film « Aline » de Muriel Blanche, avec la petite Aminatou Nihad?

A seulement 13 ans, la jeune adolescente a déjà une filmographie imposante en terme de qualité. Tout en gardant son âme d’enfant et même ses mimiques innocentes qui n’éloignent pas du téléspectateur le fait de la voir comme ce qu’elle est, une enfant; elle sait nous faire profiter de sa compétence en qualité d’actrice. Lui faire confiance pour la 1ère saison du feuilleton à succès « Madame…Monsieur saison 1 et 2″ n’était pas une erreur.

Un film qui a été annoncé la semaine dernière, c’est celui de Lucie Memba Bos, intitulé « Prédiction » avec en tête d’affiche le petit Ayaba Jacob Désiré, qui joue le rôle de Landry, le fils de Lucie Memba.

De ce qui est observable dans la bande-annonce c’est que le talent est au rendez-vous. Dans les morceaux choisis pour la présentation du film, le jeu du petit garçon de 11 ans reste très acceptable. Elève en classe de 5eme, la présidente directrice générale du LMB-Production confiera à EsbiMédia qu’il n’a pas été difficile de l’encadrer au vu de son engouement à interpréter ce rôle et son engagement auprès de l’équipe de production.

Il faut également préciser que pour chacun de ces enfants, la réalisation a eu l’approbation signée des parents pour légitimer leur présence dans ces films; c’est une condition obligatoire pour qu’un mineur soit utilisé dans une production cinématographique au Cameroun et ailleurs.

Les enfants sont également présents dans les seconds rôles. Nous avons par exemple, dans le film à succès Japhet et Ginette, 03 enfants parmi lesquels un bébé d’environs 06 mois, qui étaient ceux des acteurs principaux. Dans le feuilleton à succès « Madame…Monsieur », il y’a également deux enfants présents qui ont des rôles secondaires, ceux de monsieur et madame Ewane.

Les enfants sont de plus en plus sollicités dans les films et montrent avec une aisance déconcertante leur capacité à incarner les rôles qui leur sont attribués; une chose encourageante dans un domaine où le talent n’est pas la chose la mieux partagée.

Almason

Laissez un commentaire