BENJAMIN EYAGA, UN REALISATEUR INTELLIGENT

En 2015 il est l'acteur principal de la série « Au Nom de la Loi » réalisée par Domique Bihina et diffusée sur A+...
0
319

Face aux désirs des cinéphiles, les cycles de vie des productions cinématographiques sont devenus plus courts. Conscient du fait que l’avenir est plein d’incertitudes et de changements, Benjamin Eyaga a décidé de l’innovation en continue un outil de pouvoir. L’acteur, scénariste, réalisateur et producteur de films et séries camerounais, est un cinéaste d’avenir. Sa passion pour le 7e art est un pilier efficace à son évolution.

Né le 28 mars 1988 à Bafoussam dans la région de l’Ouest Cameroun, il a fait ses études primaires à l’école publique de Djeleng 5 au cœur de cette capitale régionale. Après son certificat d’étude primaire, il commence ses études secondaires au CES de Bafoussam Rural, devenu plus tard Lycée de Bafoussam Rural. Benjamin Eyaga n’est pas issue d’une famille bourgeoise. Alors âgé 13 ans, il est contraint d’arrêter ses études en classe 4e faute de moyen financiers. Passionné de la lecture, il va se lancer dans l’apprentissage d’écriture des scénarios.

Depuis son bas âge, le cinéaste avait déjà sa ligne de conduite à suivre. A 17 ans il débarque à Yaoundé pour véritablement matérialiser sa passion qui est le cinéma.  Benjamin Eyaga apprend sur le tas. Il est initié par le réalisateur Honoré Noumabeu et poursuit sa formation auprès des cinéastes tel que Domique Bihina, Rigobert Tamwa et Frank Olivier Ndema. En 2006, il écrit le scénario de la série « Au nom de la Loi ». C’est le début effectif de son parcours dans l’univers du 7e art. Il a à son actif plusieurs films et séries.

En 2015 il est l’acteur principal de la série « Au Nom de la Loi » réalisée par Domique Bihina et diffusée sur A+. A partir de 2016, il écrit et réalise ses premiers courts-métrages dont « Course Contre la Honte » sorti en 2016 et « Devoted » sorti en 2017. Ce dernier a été sélectionné au festival RIFIC de Yaoundé et est diffusé sur France-Télévision.

A 35 ans, il a pu sortir de sa situation de misérable. C’est un héros. Quand on parle d’héroïsme, Benjamin Eyaga dit « Devoir ». Son devoir est de s’améliorer chaque jour. En 2018, il réalise « Mes Silences », un film de 24 minutes qui parle de violences sexuelles. Le film fait partie de la sélection officielle des Écrans Noirs 2018 et est retenu au Festival de Cannes dans la catégorie Short Film Corner, ainsi qu’au Festival des Films du Monde. Le film remporte 4 prix lors l’édition 2019 du festival Komane dont le prix du Meilleur Film, le prix de la meilleure interprétation féminine pour Lynn Penpen, le prix de la meilleure interprétation masculine pour Noah Nguini et le prix du meilleur décor. Il sait bien faire son devoir. En 2019, le film compte 9 distinctions reçues et est nominé dans la catégorie fiction court métrage au Fespaco 2019. Il enchaine des productions et des prix. En février 2023, la série Les Secrets de l’Amour remporte le Laurier Francophone du Sud lors de la 28ème cérémonie des Lauriers de l’audiovisuel. Entre 208 et 2023, il a empilé 6 prix en 5 ans. Enorme pour l’autodidacte Benjamin Eyaga. Un homme, une référence.

Cyrille Ella

Laissez un commentaire