DRAGOS OUÉDRAOGO : LE CINEASTE ET ANTHROPOLOGUE ENGAGÉ

Le scénariste  a enseigné l'anthropologie visuelle à l'Université de Bordeaux 2 Victor Segalen...
0
279

Né le 4 octobre 1953 à Bobo-Dioulasso, Dragos Ouédraogo est un cinéaste documentariste, enseignant universitaire, anthropologue et militant des droits de l’homme originaire du Burkina Faso. Il a grandi dans un quartier populaire et cosmopolite, où il a développé une passion pour la lecture et le cinéma. Durant  ses études secondaires au lycée de Bobo-Dioulasso, il a participé à la préparation des séances du ciné-club. Il a obtenu son baccalauréat en économie en 1973 et a bénéficié d’une bourse de l’État pour poursuivre ses études supérieures en France.

 Dragos Ouédraogo étudie  le journalisme à Strasbourg, puis il a rejoint Bordeaux en 1975, où il a suivi un cursus en sociologie et en anthropologie. Il s’est engagé dans le mouvement étudiant africain, en adhérant à l’Association des étudiants voltaïques en France (AEVF) puis à la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF). Il a été président de la section de Bordeaux de la FEANF et a participé à des actions de solidarité avec les luttes anticoloniales et anti-apartheid.

Il a commencé sa carrière de cinéaste en réalisant des courts métrages documentaires sur des thèmes sociaux et culturels liés à l’Afrique. Il a collaboré à la revue « Ecrans d’Afrique/African Screen », publiée à Ouagadougou et à Milan. L’homme aux multiples casquettes est  rédacteur dans CinémAction, une revue spécialisée dans le cinéma politique et social.. Parmi ses films, on peut citer « Den baya » (L’amour maternel) sorti en  1992, qui raconte l’histoire d’une jeune femme burkinabè confrontée à la maternité ;  « Kama Bouné » (La fille du désert) sorti en 2002, ou encore « Femmes du Burkina Faso : entre tradition et modernité », en 2009, qui aborde les conditions féminines et les luttes des femmes au Burkina Faso.

Le scénariste  a enseigné l’anthropologie visuelle à l’Université de Bordeaux 2 Victor Segalen et l’interculturalité, à l’Université de Bordeaux 3 Michel de Montaigne. Il est membre de la Guilde africaine des réalisateurs et producteurs. Il est aussi co-fondateur du mouvement burkinabè des droits de l’homme et du Collectif Norbert Zongo, qui réclame justice pour le journaliste assassiné en 1998.

Dragos Ouédraogo est un artiste engagé, qui utilise le cinéma comme un moyen d’expression et de sensibilisation sur les réalités africaines. Il est reconnu comme un acteur important du cinéma documentaire africain et un défenseur des droits humains.

Christelle  Noah

Laissez un commentaire