« YAAY 2.0 » DE KALISTA SY, LE CHALLENGE DE LA FEMME AFRICAINE MODERNE

La série « Yaay 2.0 » de Kalista Sy aide le public à comprendre que chaque maternité est unique....
0
207

Maman en wolof se traduit par « Yaay », utilisé comme le nom de film. La série « Yaay 2.0 » est une réalisation de la sénégalaise Kalista Sy. Cette série est sortie en 2022. « Yaay 2.0 », est diffusé sur la chaîne Youtube de la productrice sénégalaise Kalista Tv.  Celle-ci fait référence à des mères de la nouvelle génération. Celle qui s’occupe de tout et de tout le monde. Celle qui doit allier vie de famille et vie professionnelle. « Yaay 2.0 » aborde des sujets tabous qui asphyxient la femme africaine en général et Sénégalaise en particulier. Cette série présente 6 femmes (Sokhna, Dibor, Kala, Rouba, Réla et Mouna) faisant face à des problèmes d’ordre familial, social,  et conjugal dans une société essentiellement patriarcale. Chacune a une histoire qui lui est propre.

Dibor est une femme belle, intelligente, sage et financièrement stable. Sans enfant ni relation sentimentale, elle s’interroge sur son cas. Elle ne supporte plus la pression sociale. En afrique, pour être respectée, une femme doit être mariée et enfanter. Dibor est la grande sœur Kala. Elle  soutient dans l’épreuve qu’elle traverse. Elle cherche à arranger les problèmes du couple. Elle est également le belle-sœur de Réla et amie de confiance. Elle lui donne de bons conseils quand elle est sur le point de s’égarer. Elle était en couple avec Arona. Elle l’avait quitté du jour au lendemain sans réelle explication.

Kala, agée de 33 ans, est une femme mariée à Sandiéry. Cependant le couple n’arrive pas à procréer. Toute la faute sera reversée sur Kala pourtant le vrai auteur de ce drame n’est autre que son époux. Sandiéry est stérile et cache à toute la famille. Kala sera combattue par sa belle-mère. Cette dernière demandera donc à son fils de prendre une deuxième femme. La mère de Sandiéry croit que la nouvelle épouse pourra lui donner la grâce d’être grand-mère et son fils père. Kala va se séparer de Sandiéry. Ce dernier refuse de faire un spermogramme qui sera la preuve qu’il ne peut pas faire d’enfants.

Réla est femme mariée et mère d’un nouveau. Elle a honte de son enfant car il est atteint de la  trisomie. Elle craint le regard du monde. Réla voit son couple voler en éclat au fil du temps relativement à l’état de santé de son enfant. Sa belle-mère ne supporte pas la présence de son petit-fils relativement au handicap de ce nouveau. Au point de proposer à Réla de retourner chez sa mère. Elle prétend ne pas pouvoir soutenir sa belle-fille dans cette dure épreuve. Une manière de se débarrasser de Réla. Même son mari ne la supporte plus à cause de l’état de leur bébé. Pour justifier son attitude, il se sert de ses problèmes de au travail et de la fatigue. Il adhère à l’idée de sa mère et répudie Réla.

Rouba est mère d’une adolescente qui cherche ses marques. Elle est une mère aimante qui veut soutenir sa fille. Mais leur relation n’est pas de tout repos. La fille de Rouba est une adepte du vice (alcool, vol, mensonge et drogue). Rouba ne se voit pas laisser sans fille sombrer sans rien tenter.

 Sokhna est une femme marié. Son mari Arona et elle sont en conflit. Il a décidé ne plus faire d’enfant chose que Sokhna n’entend pas de cette oreille. Sokhna est une femme aimante. Elle considère Djimby la fille d’Arona comme la sienne. Mais elle se heurte au mépris de l’adolescente. Cette dernière ne souhaite pas former une famille avec la femme de son père. Et l’exprime même devant son père. Pour installer l’harmonie dans son foyer, elle ira jusqu’à rencontrer Solange la mère de Djimbi. Elle invite cette dernière à discuter avec sa fille pour qu’elle change d’attitudes. Solange n’entend pas calmer sa fille. Arona, son père ne permet pas à Sokhna de s’imposer face à Djimby. Cette attitude exaspère Sokhna malgré toute sa patience et l’amour qu’elle porte à son mari. Elle veut être mère et lui non. Ce qui crèe un autre problème.

Mouna quant à elle, est une mère au chômage. Elle a été abandonnée par son mari. Elle fait le travail de ménagère ou blanchisseuse. Elle n’a fait aucun effort pour limiter les naissances. Elle peine à trouver un emploi stable. Elle se sent triste. Sa fille aînée est montrée du doigt par les autres et le maître relativement à leur condition sociale. Mouna se sent obligée en tant que mère de la rassurer et l’encourager. Mouna n’ayant rien ni personne pour l’aider, elle va avec ses enfants partout. Dans ses tâches de ménagères, sa fille l’aide.

La série « Yaay 2.0 » de Kalista Sy aide le public à comprendre que chaque maternité est unique. Elle n’est pas que faite de joie mais aussi de peine. La vie peut être capricieuse parfois. Aucune de ces 06 femmes n’a ce qu’elle veut. Celles qui ont tout veulent le mariage ne l’ont pas. Celles qui y sont vivent un enfer.

Ivane Messi

Laissez un commentaire