HAMADOUN KASSOGUE DE L’ENSEIGNEMENT A LA CONSECRATION EN QUALITE D’ACTEUR ET DRAMATURGE

Hamadoun Kassogué, dramaturge et acteur malien, est connu pour son talent et son parcours atypique. Après plusieurs tentatives d’intégrer l'Institut national des arts (INA) et une courte carrière d’enseignant d’histoire, il réussit à intégrer cette école grâce à ses performances remarquables au théâtre.
0
240

Hamadoun Kassogué, dramaturge et acteur malien, est connu pour son talent et son parcours atypique. Après plusieurs tentatives d’intégrer l’Institut national des arts (INA) et une courte carrière d’enseignant d’histoire, il réussit à intégrer cette école grâce à ses performances remarquables au théâtre.

Hamadoun Kassogué est né en 1957 à  Kani Godouna au Mali. Il grandi sous l’éducation de son grand-père, qui l’initie à la formation traditionnelle mais est contraint de l’envoyer à l’école sous les menaces de l’administration en place. Le jeune Hamadoun captive les enseignants par ses capacités intellectuelles élevées. Il poursuit son parcours scolaire dans la ville voisine de Bandiagara, où il découvre l’univers artistique. Danseur, chanteur et comédien il s’implique dans toutes les activités culturelles de la ville et ses performances sont très appréciées. En 1970 il est consacré meilleur acteur de la troupe de Kendié, meilleur acteur de la troupe de Bandiagara et meilleur acteur et meilleur danseur de la troupe de Mopti.

Au sortir du secondaire Hamadoun Kassogué avait choisi à être orienté à l’Institut National des Arts, hélas il est plutôt admis à la section histoire et science de la terre à l’Ecole Normale. Après deux années passées à enseigner il abandonne pour se lancer des métiers de débrouillardises. Le cours de sa vie change lorsqu’il est sollicité pour jouer et assurer la mise en scène de la pièce intitulée «La langue et le scorpion» de Jean Marie Lescoutier, au cours d’une compétition nationale. La performance remarquable de Kassogué lui permet de remporter le trophée de meilleur acteur et de la meilleure mise en scène. Grâce à cela, le Ministre des Arts, de la Culture et Des Sports de l’époque lui ouvre les portes de l’Institut National des Arts. Une aubaine pour quelqu’un qui avait tout essayé pour accéder à cette école. Aux bouts des quatre années de formation, en 1980 Hamadoun adapte au théâtre et assure la mise en scène du roman « Mandat » de Sembène Ousmane. En 1982, en sa qualité de major de sa promotion, Kassogué est sollicité pour enseigner l’art dramatique à l’INA.

Outre ses talents de dramaturge, Hamadoun Kassogué a assuré avec brio plusieurs rôles au cinéma. Sa carrière cinématographique commence avec le rôle de Kerfa le fou dans « Syà, le rêve du python » de Dany Kouyaté (Mali). Depuis lors, il a joué dans plusieurs films, dont « Bamako » d’Abderrahmane Sissako, « Le Sage de Bandiagara » de Louis Deck (France) où en plus d’être acteur, il fut l’assistant réalisateur ; « La forêt de Niolo » de Adama Roamba et « Wùlu » de Daouda Coulibaly. Hamadoun a aussi fait des apparitions à la télévision notamment dans le Téléfilm « Le Fou du village, 50 mn », la série « Les aventures de Seko», la série « les Rois de Ségou»  et la série «la langue et les dents ».

En parallèle de sa carrière d’acteur, Hamadoun Kassogué donne des cours à l’école des hautes études de théâtre de Lausanne. Il s’engage également dans la promotion du théâtre au Mali, en organisant des concours entre les écoles de Bamako. Il est une véritable icône du cinéma malien, contribuant au développement de l’art dans son pays et au-delà.

Sidoine FEUGUI

Laissez un commentaire