DANIEL KAMWA, UN PIONNIER EFFACE

0
255

L’acteur et réalisateur camerounais Daniel Kamwa est né le 24 avril 1943 à Nkongsamba. C’est un  professionnel de cinéma  formé en France à cours Simon à Paris et à Stage Actors Studio. Il compte plus de 40 ans de Carrère dans l’industrie du 7e art, mais reste toutefois très discret au Cameroun depuis que l’exploitation conventionnelle de l’industrie du cinéma est en crise au pays. Crise due à la fermeture des salles de cinéma en 2009.  Agé aujourd’hui  de 77 ans, il était encore constant dans les productions jusqu’en 2014 lorsqu’il avait dirigé d’une main de fer la sortie de son film « Turbulences ».

Compétent et créatif, le cinéaste camerounais Daniel Kamwa  est  de la génération de Jean-Pierre Dikongue Pipa, l’étalon d’or Yennenga en 1976 au Fespaco, de Basseck Ba Kobhio, Jean-Pierre Bekolo et Alphonse Béni, des  maîtres du cinéma au Cameroun, constants et prolifiques.  Il rejoint la troupe de comédie de Peter Brook dans l’Hexagone en tant qu’acteur en 1968 avant de partir travailler au théâtre, au cinéma et à la télévision. Il réalise son premier court métrage, « Boubou Cravate », en 1972, et son premier long métrage en 1976 : « Pousse-Pousse », l’un des films les plus populaires et les plus réussis diffusés en Afrique francophone à cette époque. Les nombreux films de Kamwa incluent « Notre fille » en 1980, « Danse automatique danse » en 1980,  « La Petite Fille trouvée » en 1987, « Vidéo lire » en 1990 et « Circle of Powers »  en 1998.

Son film de 2008 « Mah Sa-Sah », a ouvert la 21e édition du FESPACO au Burkina Faso en 2009. C’est un habitué des grands évènements. Bien avant cette date du Fespaco, c’est-à-dire en 1981, son film  « Notre fille »  était  présenté  au 12e Festival de Moscou. En 2009 avec « Mâh Saah-Sah », tourné intégralement en langue Bamoun, il a alors remporté le prix spécial Cinétoiles du Festival de Ouagadougou (Fespaco). Il effectue également des doublages : -celui de Morgan Freeman pour la version française de Invictus ; Don Warrington (en) qui interprète le commandant Selwyn Patterson, chef de la police de Sainte-Marie dans « Meurtres au paradis ».

Le dernier doublage remarquable de Daniel Kamwa date de 2019 dans le film « Le roi Lion » réalisé par Jon Favreau. Une aventure d’1h58 minutes dont l’histoire de l’aventure contée met en scène des animaux qui célèbrent la naissance de Simba, leur futur roi.  Dans ce film, Daniel Kamwa prête sa voix au personnage « Rafiki », le vieux sage. Souvent sous côté, la réputation de Daniel Kamwa dans le 7e art va au-delà des films « Terre Africaine ». Pourtant l’on cherche toujours une seule de ses productions qui s’est faite diffusée en boucle sur la télévision nationale camerounaise à titre d’honneur au vieux sage de « Roi Lion ».

Cyrille Ella

Laissez un commentaire