SUSPENSION DES FRAIS D’APEE DANS LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES PUBLICS

Cette information est contenue dans une lettre du Délégué Régional des Enseignants Secondaires de la Région de l’Ouest, en date du 09 juillet 2024, adressée aux responsables d’établissements publics.
0
481

Sur instruction de Madame le Ministre des Enseignements Secondaires, la perception des frais exigibles, d’examens, et d’APEE (associations des parents d’élèves et des enseignants) dans tous les établissements publics pour l’année scolaire 2024-2025 est suspendue jusqu’à nouvel ordre. Cette information est contenue dans une lettre du Délégué Régional des Enseignants Secondaires de la Région de l’Ouest, en date du 09 juillet 2024, adressée aux responsables d’établissements publics.

D’après ledit courrier toute dérogation à cette instruction ministérielle sera sévèrement punie. Le Délégué Régional des Enseignements Secondaires de la Region de l’Ouest a exprimé sa confiance en la responsabilité des administrateurs scolaires pour le respect de cette directive.

Pour l’instant, le Ministre n’a pas évoqué les raisons de cette suspension. Toutefois, il est utile de rappeler qu’en juillet 2022, lors d’une session parlementaire, l’honorable Nanga Marthe avait interpellé le Ministre des Enseignements Secondaires, Pauline Egbe Nalova Lyonga, sur la nécessité d’harmoniser les frais d’APEE sur l’ensemble du territoire national. Le Ministre avait alors fermement expliqué qu’il n’était pas question d’harmoniser ces frais, chaque établissement ayant des réalités et des besoins spécifiques. Elle s’était par la même occasion plaint que les responsables d’établissements mettaient plus l’accent sur l’obtention des frais APEE : « C’est généralement les établissements publics qui ont les APEE. Quand certains accordent la priorité à l’APEE qu’à la scolarité ce n’est pas normal », avaient alors déclaré Pauline Nalova Lyonga

Les frais d’APEE sont souvent une source de discorde à chaque rentrée scolaire. Fixés selon les besoins de chaque établissement, ils varient généralement entre 12 500 et 30 000 FCFA dans les lycées, ce qui irrite de nombreux parents d’élèves en raison de la gestion opaque de ces fonds. Selon les responsables des associations de parents d’élèves, ces frais servent à payer les salaires des enseignants vacataires, à acquérir du matériel informatique, à financer des travaux de construction de salles de classe, et à acheter des tables-bancs.

La suspension de la collecte des frais pour l’année scolaire 2024-2025 pourrait être une mesure pour répondre à ces préoccupations et réévaluer les pratiques actuelles. En attendant de nouvelles directives, les établissements scolaires devront se conformer strictement à cette suspension sous peine de sanctions sévères.

Sidoine FEUGUI

Laissez un commentaire