SOS237 : LE BRAND AMBASSADOR POUR LA SURVIE DES ACTEURS CAMEROUNAIS

0
232

1 000 000 FCFA à débourser pour bénéficier des services d’un comédien dans notre pays. C’est le paquet minimum que doit préparer une entreprise en quête de visibilité pour sa marque dans le monde du cinéma. Pour faire d’un acteur son « ambassadeur de marque », la signature du contrat passe nécessairement par une négociation entre les deux parties. Selon Willy Noumo, promoteur du cinéma africain, cet échange dépend non seulement de la notoriété de l’acteur sur les réseaux sociaux, mais aussi de la qualité de la marque (locale ou multinationale). L’ambassadeur de marque peut ainsi prêter ses traits à l’identité de l’entreprise, contre rémunération. De plus, il doit promouvoir durablement la marque de manière positive auprès de sa communauté sur internet. Mais aussi physiquement dans ses actions quotidiennes.

Au Cameroun, cette activité  en vogue, s’est densifiée en 2020 (entre mars et avril), alors que le Covid-19 imposait le confinement à la population. Pendant cette période de restrictions sanitaires, les cinéphiles et les promoteurs de marque ont adoptés une nouvelle façon de communiquer sur les produits. De nombreux facteurs doivent être pris en compte pour déterminer la rémunération d’un acteur à savoir : son talent, sa renommée, son niveau d’expérience et le secteur dans lequel il travaille. En tout état de cause les contrats se négocient chaque saison selon la durée du contrat.

Malgré la multitude d’acteurs qui sont des « ambassadeurs de marques » au Cameroun, tous les acteurs de cinéma ne peuvent pas assurer cette fonction. Un acteur « ambassadeur de marque » gagne relativement plus d’argent qu’un comédien dans une production cinématographique. Les salaires de ces derniers ne sont pas fixes. Ils varient en fonction des équipes de productions et des promoteurs de film.  Au Cameroun, les salaires mensuels de certains acteurs locaux peuvent varier entre 50 000 FCFA  et 200 000 FCFA. Pour essayer de gonfler cette somme, tributaire de leur travail au quotidien, beaucoup d’acteurs se ruent donc vers le secteur du branding, qui, il faut le dire, marche très bien pour eux, en ce moment.

Cyrille Ella

Laissez un commentaire