LES JOURNÉES CAMEROUNAISES DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : L’IA AU SERVICE DU QUOTIDIEN DES CAMEROUNAIS

L'IA est devenue un élément essentiel de notre société moderne, avec des applications dans de nombreux domaines tels que la santé, l'éducation, les transports, et bien d'autres.
0
170

L’Association Intelligence Artificielle Cameroun (IACameroun) organisera la première édition des Journées Camerounaises de l’Intelligence Artificielle (JCIA) du 19 au 20 décembre à Yaoundé. Cet événement placé sous le thème « Le Cameroun à l’ère de l’intelligence artificielle », vise à promouvoir l’importance de l’Intelligence Artificielle (IA) dans le quotidien des Camerounais.

Les JCIA offriront une plateforme unique pour les étudiants, les professionnels, les entrepreneurs et les curieux de découvrir et d’explorer l’univers de l’IA. L’événement se déroulera sur deux jours, avec une première journée consacrée aux conférences et à l’exposition à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC), suivi d’une seconde journée de Master Class à Polytechnique. Les participants auront l’occasion d’assister à des conférences animées par des experts de renommée internationale dans le domaine de l’IA. Ils pourront également participer à des ateliers pratiques, assister à des démonstrations de projets innovants et rencontrer des acteurs clés de l’industrie de l’IA. Les JCIA visent à encourager les échanges entre les différents acteurs de l’écosystème de l’IA au Cameroun, favorisant ainsi la collaboration et la création de synergies pour façonner l’avenir de l’IA dans le pays.

L’IA est devenue un élément essentiel de notre société moderne, avec des applications dans de nombreux domaines tels que la santé, l’éducation, les transports, et bien d’autres. Au Cameroun, l’IA offre des opportunités considérables pour résoudre des problèmes complexes et améliorer la qualité de vie des citoyens. Grâce à des avancées technologiques rapides et à une adoption croissante de l’IA, le pays se connecte au mouvement mondial de l’intelligence artificielle.

Sidoine FEUGUI

Laissez un commentaire