TÊTE A TÊTE AVEC LANDRY GNAMBA

0
773

Landry Gnamba, acteur ivoirien, est une marque représentative pour le cinéma africain. En près de 20 ans de carrière, il a écumé les plateaux de tournage au gré de ses préférences. Aujourd’hui, alors que sa notoriété est au paroxysme, a t-il des attentes? Est-il satisfait de son parcours? D’ailleurs, connaissez-vous son parcours? Ses peurs? Ses échecs? Ses réussites? Ses joies? Ses fous rires? Ses larmes? le tête à tête avec Landry Gnamba vous fera découvrir ses plus profondes insécurités.

EsbiMédia : Bonjour Landry et merci d’avoir répondu « oui » à notre demande d’interview…

Merci à vous pour l’intérêt.

EsbiMédia : Avant toute chose, avez-vous l’habitude des magazines web camerounais?

Non mais je l’ai fait récemment avec Maïmounatou Bourzaka.

EsbiMédia : Vous êtes un acteur accompli… Environs 15 années de carrière…  Êtes-vous aujourd’hui satisfait de votre parcours?

Oui, dans l’ensemble je suis satisfait. Même si j’estime que j’ai encore du chemin à faire.

EsbiMédia : Comment vous êtes-vous retrouvé dans le cinéma?

J’ai reçu un message pour un casting de films, ce qui était inhabituel parce qu’à l’époque je recevais essentiellement des propositions de castings pour défilés, j’étais dans une agence de mannequins. Je m’y suis tout de même rendu, et je me souviens qu’il y’avait tellement de gens que je suis d’abord parti. Un concours de circonstance m’a fait revenir sur les lieux et je passe finalement le casting, je suis présélectionné? puis retenu pour mon premier rôle, c’était dans la série class’A.

EsbiMédia : En 2006 donc, vous commencez une carrière d’acteur sans vraiment y être préparé, un peu par hasard… Avez-vous visualisé votre réussite à cette époque?

Pas du tout. Je ne savais pas du tout où me mènerait cette aventure car c’était quelque chose de plus ou moins nouveau et nous n’avions aucun élément pour envisager l’avenir.

EsbiMédia : Lorsque vous décidez de vous consacrer au cinéma, quelle est la réaction de vos parents?

Je ne l’ai pas décidé du jour au lendemain. Ça s’est fait progressivement dans le temps. Donc, mes parents n’ont pas eu l’occasion véritable de s’y opposer.

EsbiMédia : Quelle serait votre réaction si votre enfant vous disait vouloir devenir acteur, vous l’accompagnez ou vous le dissuadez?

Je le laisserais tenter sa chance. Surtout si je vois qu’il a de réelles aptitudes. Mais bien-sûr, je tiendrais à ce qu’il finisse ses études comme je l’ai fait moi-même. C’est primordial.

EsbiMédia : Justement, jusqu’où vous êtes allés dans vos études?

J’ai toujours aimé le droit donc j’ai un master en droit des affaires et un DESS en Ressources Humaines.

EsbiMédia : Okay, parlez-nous un peu de vous, quelle est votre plus grosse déception dans le milieu du cinéma?

Euh… c’est peut-être le fait que certaines rivalités surviennent, alors que rien ne le justifie. Il y a de la place pour tout le monde. Personne ne peut avoir tous les rôles en même temps. Des profils différents sont demandés.

EsbiMédia : Quelle est votre plus grande réussite?

Je dirais Mike Gradel dans la série IMPACT. C’est le genre de rôle que je voulais qu’on me donne l’occasion de jouer. Je suis vraiment content de l’avoir fait et content que ça ait autant plu au public.

EsbiMédia : Vous êtes justement apparu récemment à l’écran dans ce rôle de Mike Gradel, avez-vous une préférence pour un type de rôle en particulier ?

Oui. J’aimerais avoir de plus en plus des rôles de méchant. Je trouve que la plupart du temps ça demande un peu plus de performances. Et moi je suis à la recherche de nouveaux challenges.

EsbiMédia : Qu’est-ce qui peut vous faire pleurer, en dehors de l’écran?

Sans doute la perte d’un être cher.

EsbiMédia : Vous arrive t-il d’avoir des fous rires? quelle en serait la cause?

Ça peut m’arriver quand j’observe une situation drôle. Il faut dire que j’aime bien charrier mes amis. Donc dans ces moments là, j’ai vraiment de fous rires.

EsbiMédia : Pour vous, c’est quoi un bon acteur?

C’est celui qui peut transmettre les émotions que demande une situation donnée.

EsbiMédia : Si vous deviez jouer dans une fiction camerounaise, ce serait de quel type? Avez-vous un film/série en illustration ?

Je pense que j’aimerais bien jouer dans « Madame Monsieur » qui a un succès fou actuellement.

EsbiMédia : Quels sont vos projets, à court terme? À long terme?

Des longs-métrages et des séries TV en vue. Sans oublier le doublage de films qui occupe aussi une bonne partie de mon temps.

Propos recueillis par Almason

Laissez un commentaire