TETE A TETE AVEC ANGELA AQUEREBURU

0
658

Elle a un sens inné de l’organisation et du devoir. Angela Aquereburu (46 ans), est une actrice, scénariste, productrice et réalisatrice Togolaise consciencieuse, discrète et très agréable à côtoyer. Autodidacte connue pour ses rôles dans les séries « Katanga », sorti en 2017, «Hospital’ité » en 2016, « ZEM » saison 1,2 et 3 depuis 2010, c’est une étoile du cinéma africain qui se perfectionne dans le 7e art avec le temps.

Femme entrepreneure, Angela Aquereburu est la fondatrice de la maison de production Yobo Studios. Angela Aquereburu est un pilier incontournable de la série ambitieuse « Oasis ». Elle ne cache pas d’ailleurs sa joie face à l’accueil du public qui a bien reçu et apprécié ce chef-d’œuvre à succès.

Esbi Média : Avant toutes choses, avez-vous déjà été interviewé par un magazine camerounais? Si non, pourquoi?

Non. En réalité, je n’en ai vraiment aucune idée de la raison.

Esbi Média : D’accord, on retient donc que cette interview est une exclusivité. Vous êtes liée à la série « Oasis », actuellement diffusée sur Canal+, depuis 2015. Vous y êtes sous plusieurs casquettes: actrice et productrice; comment vous êtes-vous retrouvée dans le casting de cette série ?

Je réalise et co-écrit aussi la série Oasis (S2). La comédienne qui devait jouer le rôle de Darraine, nous a fait faux bond, alors la créatrice de la série, Madie Foltek, m’a proposé de l’interpréter. J’ai d’abord hésité car je ne suis pas formée et puis j’ai accepté, puisqu’on n’avait pas beaucoup de choix. Le personnage devait avoir une soixantaine d’année, on a adapté le personnage à moi.

Esbi Média : « Oasis » offre un contenu qui révolutionne le paysage audiovisuel d’Afrique francophone par sa qualité artistique élevée. Comment appréciez-vous les premiers résultats de cette réalisation ?

Nous sommes vraiment ravis de l’accueil du public qui est enthousiasmant. Nous avons travaillé dur pour que cette série montre une image moderne, gaie, de la société africaine comme nous l’aimons.

Esbi Média : En 2009, vous décidez de vous lancer dans la création audiovisuelle après un passage dans les ressources humaines,  quel est le déclic qui enclenche votre mutation professionnelle?

C’est mon mari qui était déjà dans le métier, qui m’a inspiré, puis m’a initié. Mais il vivait en France avant que nous ne vivions ensemble. Il m’a demandé de le rejoindre. Et tout est parti de là !

Esbi Média : Peut-on en savoir un peu plus sur votre époux, lui qui vous a inspiré et initié dans le cinéma ?

Il s’appelle Jean-Luc Rabatel. Mon mari était comédien à Paris, puis s’est lancé derrière la caméra en autodidacte.

Esbi Média : Angela Aquereburu Rabatel, fondatrice de Yobo Studios, le cinéma nourrit-il  son homme en Afrique ?

Pour l’instant, non! Mais je pense que d’ici 05 ans, le cinéma va nourrir son homme en Afrique, à l’instar du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, le Maroc, l’Afrique du Sud, le Kenya, le Nigéria et bientôt le Bénin. Nous serons nombreux à vivre décemment de notre métier.

Esbi Média : Comment choisissez-vous les projets de films dans lesquels vous travaillez?

Ce sont principalement des projets dont je suis à l’initiative. J’ai travaillé sur d’autres projets pour d’autres productions qui m’ont apporté beaucoup d’expérience. Notamment en écriture sur la série «  C’est la vie » (Keewu Production-Sénégal) et  «  Voyage de Rêve » (Go Production- Côte d’Ivoire) en réalisation.

Esbi Média : Vous êtes l’une des Femmes d’Afrique en action les plus prolifiques de l’heure, que vous apporte ce succès ?

Je ne sais pas comment répondre à cette question. Le succès a peu d’importance pour moi, ce qui  importe c’est d’être authentique dans ce que l’on fait. Je fais ce que je fais parce que j’y crois. Après si ce que je fais a du succès, tant mieux (sourire).

Esbi Média : Quels sont vos projets dans le cinéma? À long terme, à court terme?

J’ai plusieurs projets de longs métrages que je vais mettre en route à moyen terme. J’espère pouvoir les projeter au Cameroun.

Esbi Média : Nous en serons ravis. De quelles productions s’agit-il ? 

Je préfère sur cela reste confidentiel pour l’instant.

Esbi Média : Aucin souci, nous restons aux aguets. Merci pour votre accueil

Le plaisir est partagé !

Entretien mené par Cyrille ELLA

Laissez un commentaire