« AZALI », UN FILM POIGNANT SUR LA SURVIE D’UNE ADOLESCENTE AU GHANA

« Azali » est le premier film ghanéen à avoir été sélectionné pour représenter le pays aux Oscars dans la catégorie du meilleur film international...
0
328

« Azali » est un film dramatique ghanéen réalisé par Kwabena Gyansah et sorti en 2018. Il raconte l’histoire d’Amina, une jeune fille de 14 ans qui fuit son village natal pour échapper à un mariage forcé. Cette dernière se retrouve plongée dans l’enfer de la prostitution et de la pauvreté dans les bidonvilles d’Accra, la capitale du Ghana. Le film est inspiré d’une histoire vraie et aborde des thèmes forts comme la traite des êtres humains, l’exploitation sexuelle, la violence et l’espoir.

Le film suit le parcours d’Amina, interprétée par Asana Alhassan, une actrice non professionnelle qui a été découverte lors d’un casting sauvage. Amina vit avec sa mère, sa grand-mère et son oncle dans un petit village du nord du Ghana. Sa grand-mère veut la marier à un homme plus âgé du village, mais sa mère s’y oppose et la confie à des inconnus qui lui promettent une meilleure vie en ville. Amina se rend compte trop tard qu’elle a été vendue à des trafiquants qui l’emmènent à Accra. Elle rencontre Seidu, un jeune homme qui a subi le même sort qu’elle et qui devient son seul ami. Ensemble, ils s’enfuient et rejoignent un groupe d’enfants qui vivent dans la rue. Amina doit travailler comme porteuse sur les marchés, mais elle ne gagne pas assez pour payer son loyer. Elle décide alors de se prostituer pour survivre. Elle sombre dans la misère et la détresse, tout en rêvant de retourner chez elle. Pendant ce temps, son oncle part à sa recherche dans la grande ville, mais il peine à la retrouver.

« Azali » est le premier film ghanéen à avoir été sélectionné pour représenter le pays aux Oscars dans la catégorie du meilleur film international. Il n’a pas été nommé, mais il a reçu de nombreux éloges de la part des critiques et du public. Le film a été salué pour sa réalisation sobre et réaliste, sa photographie soignée et son interprétation touchante. Le film montre sans concession la dure réalité des enfants des rues au Ghana, mais il laisse aussi entrevoir une lueur d’espoir à travers le courage et la résilience d’Amina. « Azali » est un film à voir absolument pour découvrir le cinéma ghanéen et pour prendre conscience des enjeux sociaux et humains qui touchent ce pays.

M M

Laissez un commentaire