JUSSIE SMOLLET DEVANT LA BARRE, LE PROCES SE POURSUIT

0
315

L’acteur américain Jussie Smollet, vedette de la série à succès « Empire » est accusé d’avoir planifié son agression le 29 janvier 2019 aux Etats-Unis. Hier mardi, son procès, ouvert le 29 novembre dernier, s’est poursuivi en présence des deux hommes considérés, par l’accusation, comme étant ses complices.

En rappel, en 2019, Jussie Smollet se fait agresser, frapper, et cracher dessus dans la rue par deux hommes à cause, dira t-il de son orientation sexuelle, qui est pourtant acceptée aux Etats-Unis; les deux hommes l’ont roué de coups avant de l’abandonner sur le trottoir témoin de son agression. Jussie Smollet aura affirmé avoir été victime d’insultes racistes et homophobes au moment de son agression. Plus tard dans les enquêtes, la police découvrira que ces deux hommes, étaient en réalité des amis de Jussie. Ils auraient mis sur pieds cette mise en scène en vue de faire avancer la carrière de Jussie et obtenir un cachet plus important dans la série « Empire ». Après de longues tractations sur le sujet, le procureur en charge de cette affaire avait abandonné toutes les charges contre lui, contre une amende de 10.000 dollars et deux jours de travaux d’intérêt général. En février 2020, il a été de nouveau mis en accusation pour son rôle supposé dans cette agression. Les deux agresseurs partis au Nigéria juste après leur forfait, ont été mis aux arrêts dès leur retour aux Etats-Unis en février 2020.

Les deux hommes accusés d’avoir orchestré cette agression, sont en réalité des frères nigérians, Olabinjo Osundairo et Abimbola Osuandairo. Il ont révélés hier à la cour avoir perçu la somme de 3500 dollars dans le but de faire passer Jussie Smollet pour une victime d’homophobie et de racisme, ce que Smollet nie en bloc. Selon son témoignage, les 3500 dollars leur avait été remis afin de lui permettre de suivre un programme alimentaire mis en place par l’un des deux frères.

Selon le juge en charge de cette affaire, le verdict devrait être rendu très prochainement.

Almason

 

Laissez un commentaire